[OK] En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus
Accueil | Marine | Patrimoine | Traditions | Nœuds marins | Les nœuds marins Marine ... Nœuds marins | Les nœuds marins

Les nœuds marins

Mise à jour  : 06/11/2014 - Direction : Sirpa Marine

Le terme de matelotage désigne l'ensemble des travaux à effectuer sur les cordages. Le matelotage englobe la confection des nœuds, des épissures, des amarrages et l'entretien du gréement. Le personnel affecté à bord des bâtiments de la Marine nationale est appelé à remplir les fonctions d'équipier de plage et ce quel que soit sa spécialité d'origine. Les équipiers de plage sont regroupés au sein d'équipes de manœuvre, responsables notamment de l'utilisation de divers cordages, de la confection de différents nœuds lors de l'amarrage du navire ou lors de la mise à l'eau des embarcations. Il s'avère donc important pour ces équipes de maîtriser parfaitement les nœuds les plus fréquemment utilisés.

Différencier les cordages

  • Le cordage : Ce terme générique s'applique à tous les ensembles de fils constitués soit par la réunion de fibres d'origines végétales ou synthétiques, soit par le tréfilage d'un métal.
  • Le calibre : C'est le diamètre du cordage exprimé en millimètre.

Les différentes matières

  • Les cordages en fibres végétales : le chanvre, le manille ou abaca.
  • Les cordages synthétiques : Ce sont des produits thermo­plastiques tels que le polyamide, le polyester, et le propylène.
  • Les cordages en aciers : ils sont plus fréquemment appelés câbles en acier. Dans la marine, ces câbles sont traités contre la corrosion. (Ils sont zingués ou galvanisés).

La structure d'un cordage toronné

La constitution d'un cordage toronné s'effectue en 3 phases:

  • La première phase nécessite de choisir des fibres (A) d'origines végétales, synthétiques ou métalliques qui vont être réunies et tournées ensemble afin d'obtenir des fils de caret (B).
  • La deuxième phase consiste à réunir un certain nombre de fils de caret, puis de les tordre ensemble dans le sens inverse des fibres afin de confectionner des torons (C). En règle générale, un toron est tordu de droite à gauche.
  • La troisième phase permet d'achever la constitution du cordage. S'il s'agit de réaliser un cordage commis, les torons sont réunis puis tournés ensemble dans le sens inverse des fils de caret. S'il s'agit d'obtenir un cordage tressé, les torons sont aussi réunis mais croisés entre eux.

Le nombre de torons composant un cordage est variable, il existe des cordages à 3 torons, à 4 torons, à 8 torons et plus…

Commettre un cordage : c'est réunir des torons en les tordant généralement de gauche à droite. Un cordage est dit «commis à droite» quand, vus du dessus, les créneaux sont dirigés vers la droite ; Un cordage est dit «commis en trois» quand il est composé de trois torons.

  • Fils de caret : c'est l'élément de base de tous les cordages (fibres tordues ensembles).
  • Torons : Des fils de caret tordus ensemble forment un toron. En règle générale, un toron est tordu de droite à gauche.

Il est cependant important de savoir que les cordages posséderont une appellation spécifique suivant leur utilisation, telle que «vérine, faux bras, aussières, remorques …»

Famille des nœuds d'arrêts

Demi-nœud : empêche une manœuvre de se dépasser où arrête l'extrémité d'un cordage.

Nœud en huit : empêche une manœuvre de se dépasser où arrête l'extrémité d'un cordage. (Employé à la voile aux extrémités des écoutes).

ud de plein poing : Sert à faire un oeil au milieu d'un cordage ou à supprimer momentanément la mauvaise partie d'un cordage. Il est solide mais très difficile à défaire lorsqu'il a forcé.


Famille des nœuds d'oeils

ud de chaise : sert à faire rapidement un oeil à l'extrémité d'un cordage. Très solide, facile à défaire. On peut faire la boucle de la dimension que l'on désire. Très souvent employé.

ud de chaise double avec son double : sert à faire un oeil au milieu d'un cordage, lorsque les deux extrémités sont engagées ; noeud très sur et facile a défaire même quand il a forcé.

Nœud de chaise de calfat : sert à affaler un homme le long du bord .Une des boucles passe sous les aisselles et la deuxième boucle sert à s'asseoir.

Nœud de chaise double : sert à hisser un homme pour un travail dans la mature .Si le cordage passe dans une poulie, les mains de l'homme est protégée des réas par le nœud de la partie supérieure.

Nœud de laguis coulant : Sert à repêcher un espar le long du bord .Pour conserver la boucle formée , faire un amarrage cassant à l'aide d'un fil à voile qui sera cassé lorsque l'objet sera saisi.

Nœud de bouline : Employé pour étalinguer un câble. Egalement pour couler un maillon .Il est préféré au nœud de laguis coulant si le cordage utilisé est de gros diamètre.

Famille des nœuds d'ajuts

Nœud de vache : sert à réunir deux cordages n'ayant pas à forcer. Ce nœud est peu sûr, il glisse facilement. Il est utilisé pour prendre des ris dans une voile. (Prendre des ris c'est diminué la voilure).

Nœud plat : sert à réunir deux cordages de même diamètre. Nœud sûr, ne glisse pas, mais il est difficile à défaire sans martyr s'il a forcé.

Un martyr : c'est une pièce de bois ou de métal glissée dans le noeud pour éviter qu'il ne se serre.

Nœud d'écoute simple : sert à réunir deux cordages de même ou de différents diamètres, dont l'un est terminé par un oeil. (Former l'oeil avec le cordage le plus gros s'ils sont de diamètres différents).

Nœud d'écoute double : sert à réunir deux cordages de même ou de différents diamètres, dont l'un est terminé par un oeil. (Former l'oeil avec le cordage le plus gros s'ils sont de diamètres différents).
Il se largue plus facilement s'il a forcé car le deuxième tour sert de martyr. (Employé pour frapper un pavillon sur sa drisse).

Frapper : c'est fixer
Drisse : le terme drisse est l'appellation maritime des cordages permettant de hisser un pavillon ou une voile dans la mâture d'un navire.
Œil : c'est une boucle formée à l'extrémité d'un cordage.

Nœud de pêcheur simple : Il sert à faire ajut entre deux petits cordages. Très solide mais ne peut se faire que sur les petits cordages.

Nœud de pêcheur double : Il sert à faire ajut entre deux petits cordages, plus solide que le nœud de pêcheur simple.

Nœud de carrick : Il sert à faire ajut de deux cordages de même diamètre ayant à forcer ;facile à défaire .Utilisé pour faire ajut de deux cordages servant au remorquage de petites embarcations.

Nœud d'agui ou d'ajut :Il sert à faire ajut entre deux gros filin .Ce nœud est un peu gros et passe très difficilement dans un chaumard.

Famille des nœuds de dormant

Tour mort et deux demi clefs : sert à faire dormant sur un point fixe, ex : une bitte simple, une boucle … , très solide et facile à défaire, (utilisé pour amarrer une embarcation).

Deux demi clefs à capeler : Sert à frapper un cordage sur un espar. Dormant très solide. Appelé aussi nœud de cabestan.

Deux demi clefs renversées : Sert à faire dormant sur un espar ainsi qu'à élinguer une barrique .Très solide, ne glisse pas à condition que les deux extrémités travaillent.

Ces différents nœuds sont les plus fréquemment employés à bord des bâtiments de la Marine nationale .Le personnel appelé a remplir les fonctions d'équipier de plage doit donc parfaitement maîtriser la confection de ces derniers, par un entraînement régulier.


Sources : © Marine nationale
Droits : Ministère de la Défense