[OK] En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus
Accueil | Marine | Organisation | Forces | Fusiliers marins et commandos | Force maritime des fusiliers marins et commandos Marine ... Fusiliers marins et commandos | Force maritime des fusiliers marins et commandos

Force maritime des fusiliers marins et commandos

Mise à jour  : 06/01/2016 - Direction : Sirpa Marine

La force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO) est une des 4 composantes de la Marine nationale avec la force d’action navale, la force océanique stratégique et la force de l’aéronautique navale.

Elle compte environ 2.300 personnels, militaires et civils, réparties au sein de 18 unités implantées sur 10 sites en France. La FORFUSCO est articulée autour de deux grandes composantes :

  • les unités de fusiliers marins qui sont les forces spécialisées protection-défense de la marine ;
  • les unités de commandos marine qui sont les forces spéciales de la marine

Le centre de gravité de la force est situé à Lorient, avec la base des fusiliers marins et des commandos où se trouve notamment l’état-major de la force, et 6 des 7 unités commandos, l’ensemble étant colocalisé avec l’école des fusiliers marins.

FORFUSCO 3.0 (format pdf, 6.46 MB).

Les unités de fusiliers marins

La composante des fusiliers marins est la plus importante de la FORFUSCO avec 1.500 marins qui arment 9 unités:

  • 2 groupements de fusiliers marins à Brest et Toulon,
  • 7 compagnies de fusiliers marins à Cherbourg, France Sud, l’Ile-Longue, Lanvéoc, Lann-Bihoué, Rosnay, Sainte-Assise.

Elle dispose aussi d’un élément cynotechnique qui comprend 250 chiens, répartis au sein des unités.

Les fusiliers marins assurent 4 missions :

  • la protection-défense des organes de la posture de « dissuasion » (Ile-Longue, Centres de transmission marine) ;
  • la protection-défense des sites, installations et activités stratégiques de la Marine sur le territoire national ;
  • la protection-défense des bâtiments précieux déployées hors du port base, militaires (avec les équipes de protection de renfort) et civils (affrétés Défense, navires avec équipes de protection embarquées) ;
  • la protection-défense d’installations interarmées, outre-mer et à l’étranger.

L’ensemble des unités de fusiliers marins dispose de capacités communes en matière de protection-défense à terre et cynotechnie. Les GFM disposent en complément de moyens nautiques, d’un centre d’entraînement (CENTPROFOR) chargé notamment de définir les activités d’entraînement et de projection des compagnies et de répondre aux sollicitations de la force d’action navale pour former les brigades de protection et équipes de visite des bâtiments.

Ainsi :

- Le GFM Brest compte environ 360 marins, répartis en 3 compagnies et un CENTPROFOR. Il assure notamment la protection de la base navale de Brest, des stations de Kerlouan et du Cranou, de la pyrotechnie Saint-Nicolas et de la base aéronavale de Landivisiau. Lui sont rattachées :

  • la CIFUSIL de Lanvéoc qui compte environ 50 marins et assure la protection de la BAN ;
  • la CIFUSIL de Lann-Bihoué qui compte environ 50 marins et assure la protection de la BAN ;
  • la CIFUSIL de Sainte-Assise qui compte environ 60 marins et assure la protection du Centre de transmission Marine.

- Le GFM Toulon compte environ 430 marins, répartis en 3 compagnies et un CENTPROFOR. Il assure notamment la protection de la base navale et de la base sous-marine de Toulon, des pyrotechnies Brégaillon et Tourris, du dépôt de Fontvielle, du fort de Six-Fours, de la base aéronavale de Hyères. Lui sont rattachées :

  • la CIFUSIL France-Sud, basée non loin de Brams, elle compte environ 100 marins et assure la protection du Centre de transmission marine ;
  • la CIFUSIL Rosnay compte environ 75 marins et assure la protection du Centre de transmission marine.

- La CIFUSIL de Cherbourg compte environ 110 hommes. Elle assure notamment la protection de la base navale.

- La CIFUSIL de l’Ile-Longue compte environ 250 hommes. Elle assure la protection de la base sous-marine de l’Ile-Longue en Bretagne où sont basés les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et la pyrotechnie de Guenvenez.

Les unités de commandos marine

La composante commandos marine compte environ 650 marins répartis au sein de sept unités de commandos marine, cinq sont les commandos historiques (Jaubert, Trépel, de Montfort, de Penfentenyo, Hubert) et 2 des commandos (Kieffer et, désormais, Ponchardier). Six des sept commandos sont basés à Lorient. Le commando Hubert est basé à Toulon.

Les commandos marine ont trois domaines d’actions :

  • les actions au large : contre-terrorisme maritime, lutte contre la piraterie, lutte contre les activités illicites ;
  • les actions de la mer vers la terre (AVT) : amphibie (opérations amont / forces avancées), opérations spéciales de reconnaissance et renseignement ;
  • les opérations spéciales à terre (OST).

Les cinq commandos de combat disposent de capacités communes : combat commando, renseignement, actions d’environnement et maîtrise de tous les modes d’infiltration terrestres, nautiques et aéronautiques - et chacun dispose de capacités spécifiques :

  • les commandos Trépel et Jaubert disposent de groupes spécialisés dans le contre-terrorisme et la libération d’otages (CTLO) ;
  • les commandos de Montfort et de Penfentenyo mettent en œuvre des équipes spéciales de neutralisation et d’observation (ESNO) ;
  • le commando Hubert dispose de groupes spécialisés dans le contre-terrorisme, la libération d’otages et l’action sous-marine avec les nageurs de combat.

Les 2 commandos d’appui spécial mettent en œuvre les capacités suivantes :

  • le commando Kieffer assure la capacité de commandement de groupement de forces spéciales et met en œuvre des cellules d’appuis spécialisés, au profit du commandement et des groupes (cyno, drones, NRBC, renseignement,…) ;
  • le commando Ponchardier assure notamment des missions d’appui opérationnel au profit des groupes de combat, avec la mise en œuvre des moyens d’insertions maritime, aérien et terrestre (équipages, tireurs, maintenance) et des équipements opérationnels spécifiques (armements, munitions, optroniques, SIC etc.).

Historique

La spécialité de fusilier marin est au cœur de la force maritime des fusiliers marins et commandos. Sa création remonte à 1856 avec la fondation de l’école des fusiliers marins (lien) qui assure encore aujourd’hui la sélection et la formation de tous les fusiliers marins et des commandos marine.

La FORFUSCO porte ainsi l’héritage de plus de 150 ans d’histoire et d’engagements au combat qui a notamment été marquée par l’engagement des fusiliers marins dans :

- les guerres napoléoniennes ;

- les guerres coloniales du XIXe siècle et la guerre de 1870 ;

- la Première Guerre Mondiale avec les batailles de Dixmude (1914), Niewport (1915-1917), Moulin de Laffaux (1918) ;

- la Deuxième Guerre Mondiale avec les campagnes d’Afique du Nord, d’Italie et de France, le raid sur Dieppe, les débarquements en Normandie et Provence, le débarquement en Hollande, la prise de Berchtesgaden ;

- la guerre d’Indochine ;

- la guerre d’Algérie,

- et depuis 1962, toutes les opérations extérieures majeures des armées françaises, en particulier au Liban, dans le Golfe Persique, en Bosnie, au Kosovo, en Somalie, au Rwanda, en Afghanistan, au large de la Somalie, au Mali, au Sahel et en République Centrafricaine.


Sources : © Marine nationale
Droits : Ministère de la Défense